Cpm Affiliation : la régie publicitaire au Cpm

La boîte à outils du programmeur

Dans ce chapitre, nous allons parler de l'installation des outils dont vous aurez besoin pour faire du PHP : nous allons équiper votre machine pour en faire un serveur Web capable de traiter du PHP. Et pour cela nous avons besoin d'installer certains outils, d'où ce chapitre. Vous connaissez déjà deux de ces outils : PHP évidemment et le serveur Web Apache. Il manque toutefois un outil pour avoir une parfaite panoplie : l'éditeur de code.

L'invité surprise : l'éditeur de code

Avant de se lancer dans l'installation d'Apache et PHP, présentons l'outil surprise : un bon éditeur de code. Bon, soyons clair, ce choix n'a pas grande importance actuellement. Puisque nous débutons, nous ne ferons pas vraiment de « projet », tout ce que nous ferons se limiteront à un ou deux fichier PHP. Sortir un éditeur lourd est donc pour le moment inutile. C'est pour cela qu'actuellement, au niveau de l'éditeur de code, le choix importe peu. La seule fonction vraiment indispensable à notre niveau, c'est la coloration syntaxique.

C'est outil, cette coloration, est un outil certes très basique mais ô combien utile, c'est presque l'incarnation de Chuck Norris. Petit exemple :

Code PHP : 

<?php 
$toChar = function() use($collation) {
     return $collation += 42;
};

Code console :

<?php

$toChar = function() use($collation) {
    return $collation += 42;
};

Ces codes ne servent à rien et sont moches mais illustrent bien l'apport de la coloration syntaxique : une plus grande lisibilité du code. En colorant les différents éléments du langages dans des couleurs différentes, il est plus aisé de s'y retrouver. Un autre avantage parfois plus difficile à percevoir de cette coloration est à sa tendance à nous faire découvrir des erreurs dans du code, exemple :

Code console :

<?php

$string = 'Bonjour, il y avait l'ancien troll ici, où est-il ?';

Code PHP :

<?php

$string = 'Bonjour, il y avait l'ancien troll ici, où est-il ?';

Ces deux codes présentent une erreur de syntaxe, et si elle passe relativement inaperçue sans coloration syntaxique, elle est presque impossible à rater avec.

Sous Windows

Pour ce système, je vous conseille notepad++, dont vous avez une illustration à la figure 2.1. Ce programme est assez léger et facile à prendre en main, mais dispose malgré tout d'un bon nombres d'outils qui vous faciliteront la vie. Je ne l'utilise plus qu'occasionnellement, mais c'est souvent vers lui que je me tourne quand je dois éditer un petit code PHP.

 

 

Sous GNU/Linux

Si vous êtes féru de la console, Vim et Emacs vous proposeront coloration syntaxique et un nombre incalculables d'outils. Ces outils sont tellement puissant qu'il est difficile de les appréhender complètement, mais s'il s'agit juste d'avoir un peu de coloration syntaxique, ça n'est pas très complexe.
Si vous préférez les interfaces graphiques, j'ai entendu beaucoup de bien de GEdit et de Kate — que vous pouvez admirer à la figure 2.2 —, respectivement pour les environnements de bureaux Gnome et KDE.

 

Sous Mac OSX et les autres

N'ayant pas de Mac et n'ayant jamais vraiment touché à d'autres systèmes que Windows et GNU/Linux, je suis malheureusement incapable de vous aider pour ces système. Si vous avez des bons petits éditeurs de code facile à prendre en main pour ces systèmes, merci de m'en faire part, je les intégrerai aussitôt !

À propos de l'encodage

Avant d'aller plus loin, assurez-vous que votre éditeur de texte utilise par défaut l'encodage UTF-8 sans BOM. Ce réglage se trouve souvent dans les préférences de votre éditeur de code. Sous notepad++ par exemple, vous devez vous rendre dans l'onglet « Paramétrage », cliquer sur « Préférences » et vous rendre dans l'onglet « Nouveau document/dossier » de la fenêtre qui vient de s'ouvrir. Vous pouvez alors choisir UTF-8 sans BOM comme encodage. Nous verrons par la suite pourquoi cela est important. Si jamais vous ne trouvez pas UTF-8 sans BOM, mettez simplement de l'UTF-8.

Maintenant que nous sommes équipés pour l'édition de codes, passons à l'installation d'Apache et PHP !

 

Apache et PHP sous Windows

Vous devez avoir les droits d'administration sur votre machine pour procéder à l'installation.

Rendez vous sur le site de Apache HTTPD, vous y trouverez un lien « from a mirror » dans le menu de gauche près de « download ». Actuellement, la page sur laquelle vous arrivez propose 4 releases :

  • 2.3.8-alpha,
  • 2.2.16,
  • 2.0.63 et
  • 1.3.42.

Cela peut bien évidemment évoluer, prenez simplement la version la plus récente qui ne soit ni en alpha, ni en bêta. Dans mon cas, je prendrai donc la release 2.2.16. Vous avez alors le choix entre diverses possibilité telles que Unix Source, Win32 Source ou encore Win32 Binary. Puisque vous êtes sous Windows, prenez un des Win32 Binary, le Win32 Binary including OpenSSL. Une fois le fichier téléchargé, exécutez-le.

Au début de l'installation, il vous sera demandé d'accepter la licence, faites donc cela. Une fois arrivé à l'écran de sélection du domaines et de certaines autre informations, remplissez comme indiqué dans la figure 2.3.

 

 

Par la suite, vous aurez le choix entre deux types d'installation : Typical et Custom. Comme nous ne sommes pas là pour apprendre à configurer un serveur Web aux petits oignons, nous choisirons l'option Typical comme indiqué à la figure 2.4.

 

 

Ouvrez maintenant votre navigateur favori et rendez vous à l'adresse http://localhost, vous devriez obtenir quelque chose de proche de la figure 2.6. Le texte pourrait éventuellement varier, l'important c'est que vous n'ayez pas une erreur disant que l'hôte n'existe pas, qu'il est injoignable ou je ne sais quoi.

 

 

Qu'est-ce que « localhost » ?
Souvenez-vous qu'Apache est un serveur Web. Pour le contacter, nous devons donc passer par le Web et plus exactement par une adresse Web, une url. De la même façon que l'url http://aipoweb.com vous met en contact avec le serveur Web de Aipoweb, http://localhost nous met en contact avec le serveur Web qui est installé sur votre machine.

Si par malheur cela ne fonctionne pas, pas de panique, nous allons tenter d'y remédier. Pour se faire, il va falloir se rendre dans le gestionnaire de services de Windows. Appuyez simultanément sur les touches Windows et R, cela provoquera l'ouverture de la fenêtre de la figure 2.7. Entrez la valeur « services.msc » et validez, vous découvrirez alors le gestionnaire de services illustrés dans la figure 2.8.

 

 

Dans la liste de services, vous devriez trouver le service d'Apache HTTPD. S'il ne s'y trouve pas, c'est que l'installation ne s'est pas déroulée correctement ou que vous n'avez pas installé Apache HTTPD en tant que services. Dans les deux cas, tentez de réinstaller le serveur. Si vous le trouvez et qu'il n'est pas dans l'état « Démarré », faites un clic droit dessus et vous pourrez le démarrer.

Au tour de PHP

PHP n'est pas plus compliqué à installer qu'Apache, commencez donc par vous rendre sur la page de téléchargement de PHP pour Windows. Vous trouverez diverses versions de PHP, prenez la plus récente. Pour ma part, ce sera donc PHP 5.3.3. Parmi les 4 solutions proposée pour votre version de PHP, cherchez après la « VC9 x86 Thread Safe » et téléchargez l'« installer ». Une fois ce téléchargement terminé, exécuter le fichier fraichement acquis. Tout comme pour Apache, vous serez invité à accepter la licence, faites donc cela. Par la suite vous arrivez à l'écran illustré par la figure 2.9, cochez la case « Apache 2.2.x Module », ça permettra à votre serveur Web d'utiliser l'interpréteur PHP.

 

 

 

Poursuivez ensuite l'installation, vous serez rapidement à un écran vous invitant à choisir le chemin d'accès à la configuration d'Apache – Select Apache Configuration Directory. Cliquez sur le bouton « browse » pour choisir ledit dossier, par défaut il se trouve dans C:\Program Files\Apache Software Foundation\Apache(version)\ comme indiqué à la figure 2.10. Il ne vous reste plus qu'à sélectionner le dossier conf et à valider.

Alors que les écrans continuent à défiler, arrêtez vous à celui intitulé « Choose items to install ». Dans cet écran, vous pouvez voir quels composants PHP installera. Déroulez le menu « extension » et activez Multibyte String et PostgreSQL si ce n'est déjà fait, comme illustré à la figure 2.11. Dérouler ensuite le menu « PDO » et activez également le PostgreSQL qui s'y trouve.

 

 


Vous n'avez plus qu'à valider tout ça, l'installation sera alors faites. Félicitation, tout devrait être installé. Rigolant
Pour vérifier cela, rendez-vous dans le dossier d'installation d'Apache que vous avez choisi précédemment et créer un fichier test.php dans le dossier htdocs. N'oubliez pas d'utiliser votre éditeur de code adoré, placez-y le contenu suivant et sauvegardez :

Code PHP :

<?php

phpinfo();

Il est temps de reprendre votre navigateur et de saisir l'adresse suivante : http://localhost/test.php. Vous devriez maintenant pouvoir vous émerveiller devant quelque chose de similaire à la figure 2.12.

 

 

Museler Apache

Il ne reste plus qu'un détail à régler pour que votre installation soit prête à servir. Actuellement, vous le constaterez si vous redémarrer votre PC ou changer d'utilisateur, Apache démarre automatiquement. Je suppose que comme moi, vous avez une vie, que donc vous ne passez pas tout votre temps à faire du PHP, il est donc inutile que Apache soit tout le temps lancé. Pour éviter cela, il y a deux choses à faire.

Pour commencer, retourner dans le gestionnaire de services de Windows comme expliqué précédemment et trouvez-y la ligne d'Apache. Faites un clic droit dessus et cliquez sur « Propriété », la fenêtre de la figure 2.13 s'ouvrira alors. De cette fenêtre, vous pourrez changer le mode de démarrage d'Apache de « Automatique » à « Manuel ».

 

 

Grâce à cela, Apache ne démarrera plus de lui-même, vous devrez le démarrer vous-même. Toutefois, vous remarquerez que l'icône dans la barre des tâches persiste. Ce n'est pas mystérieux, c'est simplement que cette icône ne représente pas le se serveur en lui-même mais une application qui permet d'arrêter, de démarrer et de redémarrer le serveur. Cette application nous étant inutile, nous allons également empêcher son exécution automatique.

Pour se faire, appuyez à nouveau simultanément sur les touches Windows et R, mais cette fois saisissez la valeur « msconfig ». Une fois cela validé, une nouvelle fenêtre ilustrée par la figure 2.14 s'ouvrira, cliquez sur l'onglet « Démarrage ». Vous trouvez dans la liste juste en dessous une ligne faisant référence à Apache, décochez la, cliquez sur « Appliquer » et finalement « Ok ». Windows vous invitera à redémarrer le système, il n'est pas nécessaire de le faire.

 

 

Apache est à présent définitivement calmé, il ne viendra plus vous embêter si vous ne le sollicitez pas. Pour démarrer Apache, deux solutions s'offre à vous. Vous connaissez la première, il suffit de passer par le gestionnaire de services. La seconde fait intervenir l'invite de commande, il se trouve dans la liste des programmes installés. Dans cette invite, il vous suffira d'entrer la commande net start apache2.2 pour démarrer Apache, comme illustré dans la figure 2.15. Il se peut que vous deviez entrer autre chose que apache2.2, vous trouverez le nom exact du service dans le gestionnaire de services. Pour arrêter le service, rien de bien compliqué, il suffira d'utiliser la commande net stop au lieu de net start.

Configurer pour mieux régné

Avant d'utiliser nos outils fraîchement installés, il est nécessaire les configurer. Je vous rassure tout de suite, nous n'allons pas — pour le moment du moins — configurer aux petits oignons les preux PHP et Apache. Mais malgré tout, certaines choses doivent être faites.

Configuration de PHP

La configuration de PHP est centralisée dans un fichier, le fameux php.ini. C'est un fichier assez simple qui fait correspondre des clés à des valeurs. Il y a par exemple une clé pour des identifiants par défaut pour des connexions, et les valeurs associées à ces identifiants.

Ce que nous allons faire de suite, c'est configurer PHP pour qu'il soit utilisable dans de bonnes conditions pour l'apprentissage. La première chose à faire, c'est de localiser le fichier de configuration. cette étape est relativement facile, la réponse se trouve dans les lignes précédentes, dans le fichier de test que nous avons créé. reprenez donc votre butineur favori et rendez vous à l'adresse http://localhost/test.php. Dans la page reçue, faites une recherche pour « Loaded Configuration File », vous aurez le chemin d'accès au fichier de configuration juste à côté.

Ouvrez ce fichier et cherchez-y trois lignes commençant respectivement par :

  • error_reporting,
  • display_errors et
  • date.timezone.

Je dis bien des ligne qui commencent par, s'il y a un ; devant, ce ne sont pas les bonnes lignes. Sur chacune de ces lignes vous retrouvez le principe de clé et de valeur, la syntaxe étant <clé> = <valeur>. Nous allons modifier la valeur de ces trois clés. Mettez ceci comme valeur :

Code Ini :

error_reporting = E_ALL | E_STRICT
display_errors = On
date.timezone = 'Europe/Brussels'

 

Il est à noter que pour la dernière clé, la valeur dépend de votre position géographique. Vous pouvez trouver la valeur la plus adéquate sur cette page de la documentation PHP. Moi par exemple, j'habite en Europe, je clique donc sur le lien correspondant et la ville la plus proche de mon lieu de résidence est Bruxelles, je prends donc la valeur Europe/Brussels, le tout entouré d'apostrophe.

Je vous expliquerai bien évidemment par la suite pourquoi nous avons fait cela.

Configuration d'Apache

Tout comme PHP, Apache est configuré au moyen d'un fichier, le httpd.conf. Ce fichier se trouve dans le dossier conf du dossier d'installation d'Apache. La syntaxe n'est pas la même que celle du php.ini, mais elle n'est pas plus compliquée. Ouvrez ce httpd.conf et cherchez la ligne définissant le DocumentRoot. Ce DocumentRoot est l'emplacement dans lequel Apache ira chercher les fichiers qui lui sont demandés. Prenons un exemple : si je me rends à l'adresse http://localhost/test.php, je contacte le serveur Web à l'adresse http://localhost et lui demande le fichier test.php. Ce fichier, où Apache va-t-il aller le chercher ? Dans le DocumentRoot. Vous pouvez testez la chose : supprimer ou renommer le fichier test.php que vous avez créé après l'installation d'Apache et vous constaterez que l'url http://localhost/test.php vous mène à une erreur.

En fonction de votre système d'exploitation — typiquement Windows —, il se peut que le DocumentRoot soit dans un dossier qui nécessite des privilèges d'administrateur, il vous faudrait donc toujours être administrateur dès que vous voudriez créer un nouveau fichier ou en modifier un. Pour éviter cela, nous allons modifier ce DocumentRoot. Sur la machine où je me trouve, le DocumentRoot est C:\Program Files\Apache Software Foundation\Apache2.2\htdocs, je vais changer pour C:\www par exemple, ça n'a pas vraiment d'importance du moment que c'est un dossier dans lequel vous pouvez créer et modifier des fichiers.

Reste une dernière modification à effectuer, chercher dans le fichier la ligne <Directory "DocumentRoot">. Pensez évidemment à remplacer DocumentRoot par l'ancienne valeur, dans mon cas je dois donc chercher <Directory "C:\Program Files\Apache Software Foundation\Apache2.2\htdocs">. Dans cette ligne, nous allons modifier le chemin d'accès puisque nous avons changé le DocumentRoot.

En résumé, au début nous avions par exemple ceci :

Code apache :

DocumentRoot "C:\Program Files\Apache Software Foundation\Apache2.2\htdocs"
<Directory "C:\Program Files\Apache Software Foundation\Apache2.2\htdocs">

Et au final nous avons par exemple cela :

DocumentRoot "C:\www"
<Directory "C:\www">

Lorsque vous modifiez le fichier de configuration d'Apache, il est nécessaire que celui-ci le recharge pour que les modifications soient prises en compte. Pensez donc à procéder à ce rechargement si votre système vous le permet ou à défaut à redémarrer complètement Apache.

Bon eh bien voilà, vous avez installé votre propre serveur Web ainsi que PHP, sans oublier un éditeur de code. Vous avez tout ce qu'il faut, vous êtes fin prêt pour attaquer l'apprentissage du PHP. Clin d'œil

Un jour peut-être quelqu'un vous dira que vous êtes fou d'avoir installé ces logiciels de cette façon. En effet, il faut savoir que des packs tout prêt existent, packs qui installent PHP, Apache et d'autres logiciels tous seuls comme des grands. Si j'ai choisi de ne pas utiliser ces packs, c'est d'abord parce qu'aucun ne contenait tous les logiciels dont j'avais besoin dans la bonne version et ensuite parce que je trouve qu'il est bon d'avoir une petite idée de comment on installe — même de façon assez basique — ces différents logiciels.

 

Infos Plan Partenaires
À propos Webmasters
C.G.U Services Gratuits Annuaire de sites web
Bannières Forum Ionoa

 

Aipoweb est un site édité par ASMOH NetWork  ©

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site